Musée Pratique

Autour de Pierre Mac Orlan

Retrouvez ci-dessous les ouvrages en lien avec Pierre Mac Orlan. Tous sont disponibles en vente par correspondance.
Vous pouvez à nouveau commander nos ouvrages aux conditions habituelles.

Qui suis-je ? Mac Orlan

Par Bernard Baritaud, Éditions Pardès, 2015, 128 pages.
Illustrations noir et blanc

ISBN 978 2 86714 488 2

Format : 21 x 14 cm

Poids : 200 g

Prix de vente : 12 € 

Poète, romancier, essayiste, grand reporter, scénariste, auteur de chansons, Mac Orlan est surtout connu aujourd’hui pour Le Quai des brumes et La Bandera, portés à l écran avec ­succès ; on lui doit encore des romans d aventure, des témoignages sur la Première Guerre mondiale, des textes humoristiques, une approche renouvelée du fantastique, des visions prémonitoires des catastrophes à venir, la reprise de certains mythes littéraires, la perception des mystères de son époque, tandis que sa réflexion sur les fonctions et parfois les dangers de la littérature ne laisse pas non plus indifférent.

Lectures de Mac Orlan n°1 : Mythologies macorlaniennes

Publication de la Société des lecteurs de Pierre Mac Orlan, 2013, 239 pages.

ISBN : 978-2-9543909-0-1

Format : 24 x 15,5 cm

Poids : 420 g

Prix de vente : 24 €

Textes réunis et présentés par Bernard Baritaud et Philippe Blondeau. Illustrations de Gus Bofa, avec l'aimable autorisation de Mme Marie-Hélène Grosos.
Actes du colloque international de Péronne, organisé du 8 au 10 octobre 2011, par le Centre d'Études du Roman et du Romanesque de l'Université de Picardie-Jules Verne, avec le soutien de la Région Picardie, de la Ville de Péronne et du Comité Mac Orlan.

Lectures de Mac Orlan n°2 : Gilbert Sigaux éditeur et ami de Pierre Mac Orlan - Scènes de crime

Publication de la Société des lecteurs de Pierre Mac Orlan, 2014, 210 pages. ISBN : 978-2-9543909-1-8 Format : 24 x 15,5 cm Poids : 348 g Prix de vente : 24 € 

On découvrira ici la figure de Gilbert Sigaux, sa prodigieuse activité dans l’édition et le journalisme littéraire, son œuvre de romancier, sa disponibilité constante pour ses amis et pour les jeunes chercheurs, et naturellement sa longue amitié avec Mac Orlan à qui le liait une ancienne complicité littéraire.

Les auteurs du second dossier, « Scènes de crime », abordent la scène criminelle d’une manière moins conventionnelle que la classique question « Mac Orlan et le roman policier ». La « tradition de minuit », c’est le crime ; les reportages policiers entrouvrent la porte de la fiction, les suspects sont interchangeables, les meurtres romanesques et le décor, si important du point de vue de Mac Orlan, ainsi que l’atmosphère qu’il génère, sont toujours au cœur de l’intrigue.

Des évocations de Nino Frank, de Francis Carco, de Cendrars, ainsi que le beau texte « Une Nuit », publié par Mac Orlan en 1926 et si caractéristique de son talent, complètent ce numéro.

Enfin, un hommage sera rendu à Pierre Guibert, un autre ami de Mac Orlan, témoin privilégié de sa présence à Saint-Cyr-sur-Morin.

Lectures de Mac Orlan n°4 : Les mots en "graphe" - Hommage à Charles Grivel

Publication de la Société des lecteurs de Pierre Mac Orlan, 2015, 237 pages. ISBN : 978-2-9543909-3-2 Format : 24 x 15,5 cm Poids : 394g - Prix de vente : 24 € 

Comme beaucoup de ses contemporains, Pierre Mac Orlan se révèle attentif aux innovations techniques et soucieux de les considérer comme des langages à part entière. Les « mots en graphe » apparaissent en définitive porteurs d’une nouvelle écriture romanesque. L’écriture littéraire ne pourrait survivre aux innovations techniques qu’en usant de ces nouveaux langages : l’essai romancé ou le roman poétique semblent synonymes du roman-reportage prôné dans la préface de La Vénus internationale.

Charles Grivel devait participer à ce numéro. Il a eu l’idée de forger un mot nouveau susceptible de rendre compte de la manière d’écrire de l’auteur qui nous rassemble. Ce « fantasmographe » n’a, hélas, pas pu être complètement exploré par Charles, qui luttait contre la maladie qui devait l’emporter.

Lectures de Mac Orlan n°5 : Romanesque de la Grande Guerre

Publication de la Société des lecteurs de Pierre Mac Orlan, 2017, 283 pages. ISBN : 979-10-94808-03-0 Format : 24 x 15,5 cm Poids : 459g - Prix de vente : 24 €  

Le colloque initié par le CERCLL de l’Université de Picardie, en partenariat avec la Société des Lecteurs de Pierre Mac Orlan, se donnait pour objet le glissement du témoignage vers la fiction en s’inspirant notamment de l’exemple de Pierre Mac Orlan. C’est dans cet esprit que les contributions rassemblées ici interrogent les divers registres de la littérature romanesque et la façon dont ils s’approprient la réalité et l’imaginaire de la Grande Guerre, depuis le roman-journal jusqu’au roman policier, en passant par les romans pour la jeunesse, les feuilletons populaires, le roman d’espionnage chez Pierre Nord ou les romans humoristiques de Pierre Chaine ou Marcel E. Grancher. Après quelques éclairages sur la position des écrivains dans la guerre, ce volume se propose d’étudier successivement la forme romanesque, le rapport au réel, la mise à distance par l’humour ou la fantaisie et enfin l’appropriation par les écritures contemporaines.

Lectures de Mac Orlan n°6 : Partir, Pierre Mac Orlan et autres écrivains voyageurs de son temps

Publication de la Société des lecteurs de Pierre Mac Orlan, 2018, 182 pages. ISBN : 979-10-94808-08-5 - Format : 24 x 15,5 cm Poids : 309g - Prix de vente : 24 € 

(Blaise Cendrars, Pierre benoit, Paul Morand, Valéry Larbaud, Henry de Monfreid, Georges Simenon, Roland Dorgelès...)

Pourquoi a-t-on, de tout temps, voyagé ?
Pour partir de chez soi, ou pour y revenir. Le départ peut être volontaire - curiosité, espoir de trouver ailleurs un sort meilleur - ou contraint : mobilisation, exil imposé par des nécessités économiques ou politiques...
Le retour ? C'est une deuxième phase puisque, pour rentrer, il faut d'abord partir. On rentre parce que l'on est déçu de ce que l'on a vu ailleurs, par nostalgie, par nécessité encore, si l'on a nulle par ailleurs ou aller. Le retour peut être, du reste, contrarié : d'Ulysse à Paul Choux, personnage cocasse du premier roman de Mac Orlan, La Maison du Retour écoeurant (1912), on retrouve les mêmes obstacles désespérants au désir de retrouver un foyer, qu'ils soient suscités par des dieux hostiles, par la mauvaise chance, ou par de malencontreux hasards.

A bord de l'Étoile Matutine

Par Riff' Reb's, Soleil Productions, 2009, 112 pages.
Bande dessinée monochrome, esquisses en annexe.

ISBN : 978-2-302000-921-9
Format : 27 x 19 cm
Poids : 694 g

Prix de vente : 17,95 €

  • Bande dessinée librement adapté du roman éponyme de Pierre Mac Orlan par Riff Reb’s. Mac Orlan, aventurier de l’imaginaire, invente des Antilles où les gentilshommes de fortune vivent mille aventures, de l’abordage à la potence.

La Cavalière Elsa

Par Jean Cubaud, Ed. Terroirs, 2010, 237 pages.
Bande dessinée noir et blanc, encart couleur, consacrée à l’œuvre de Pierre Mac Orlan et au contexte du roman paru en 1922.

ISBN : 978 2 953 3055 1 7

Format : 21.5 x 30.5 cm

Poids : 1200 g

Prix de vente : 24,00 €

  • Bande dessinée librement adaptée du roman éponyme de Pierre Mac Orlan par Jean Cubaud. Pierre Mac Orlan appréhende de façon prémonitoire des lendemains qui ne chanteront pas : l’arrivée du fascisme, qu’il soit mussolinien, stalinien ou hitlérien. La Cavalière Elsa est une égérie instrumentalisée, symbole magnifié, une femme manipulée à des fins idéologiques.

Roi Rose

Par David B., Ed. Gallimard, 44 pages.
Bande dessinée en couleur.

ISBN : 978 2 0705764 3 2

Format : 32 x 23 cm

Poids : 525 g

Prix de vente : 13,20 € 

  • Bande dessinée librement adaptée de l’œuvre de Pierre Mac Orlan par David B. Des pirates morts, naviguant à la recherche du repos éternel, recueillent un bébé vivant, qui deviendra un des leurs.

Le petit Mac Orlan illustré

Par Évelyne Baron, Conseil général de Seine-et-Marne, 1996, 48 pages.
Nombreuses illustrations en couleur.

ISBN : 2-909910-05-9

Format : 25 x 17 cm

Poids : 156 g

Nouveau prix de vente : 2€ 

  • Découverte de l’écrivain Pierre Mac Orlan à travers les œuvres et les documents conservés au musée de la Seine-et-Marne.

Malaises

Par Gus Bofa, Ed. Cornélius, 1997.
Illustrations en noir et blanc.

ISBN : 2 912029 00 7

Format : 32 x 24 cm

Poids : 1490 g

Prix de vente : 29,00 € 

  • L’ouvrage reproduit l’édition originale de Malaises parue en 1930 chez J. Terquem. Il est complété de dessins inédits de Gus Bofa et comprend une suite de 13 dessins rares.

Slogans

Par Gus Bofa, Ed. Cornélius, 2002.
Illustrations en noir et blanc.

ISBN : 2-909990-72-9

Format : 20 x 15 cm

Poids : 290 g

Prix de vente : 22,00 €

  • Quatre-vingt-deux proverbes, maximes, pensées, sentences, devises, aphorismes, (…) revisités et dynamités avec délectation par Gus Bofa.

Delaw l'Ymagier (1871-1938)

Par Jean-Paul Vasset et Marc Desenne,
Éditions Weyrich, 2012, 170 pages, 6 illustrations couleur.

ISBN 978 2 87489 144 1 1

Format : 23 x 19,5 cm

Poids : 700 g

Prix de vente : 27€

Pourquoi ce Y à Ymagier ? Parce que Georges Delaw – comme il aima à transformer Deleau, son patronyme officiel, en Delaw – adopta parfois cette graphie originale, à la mode en son temps.

Et pourquoi encore Georges Delaw se déclarait-il Ymagier ou Imagier de la Reine ? Qui était donc cette Reine ?
Là, on s’est perdu en conjectures. D’aucuns ont cru que c’était la Fantaisie… La Reine de la Fantaisie ! Cette Fantaisie évoquée et invoquée aussi par Rimbaud dans sa Bohême. D’autres ont pensé à une femme lointaine, inaccessible. Sublime de beauté. Une Dame comme au temps des chevaliers…

Peut-être ! Mais elle était surtout, cette Reine, la rivière du pays de son enfance : la Semois (ou Semoy).
Ainsi – on le voit en découvrant sa vie, son œuvre – la Semois aura été, pour Georges Delaw, comme un fil d’Ariane. Elle l’a toujours gardé relié, rattaché à son enfance, à son pays. À l’une et l’autre intimement mêlés.

Chas Laborde, un homme dans la foule

Par Emmanuel Pollaud-Dulian, Édition Michel Lagarde, 2010, 112 pages couleur.

ISBN : 978-2-916421-22-3

Format : 16 x 20 cm

Poids : 300 g

Prix de vente : 19,30 €

Peintre, graveur, illustrateur, reporter, Chas Laborde a traversé le XXè siècle avec un regard d’une rare acuité sur les hommes des villes traversées par l’entre-deux guerre.
Mac Orlan dira de Chas Laborde « Par le juste pouvoir de l’Art, l’animation banale de la rue devient le thème d’une réalité graphique émouvante ».
Une remarque on ne peut plus juste sur cet homme sans illusion, qui se plonge dans la foule, incognito, pour mieux observer et révéler un dessin d’une originalité bien à lui qui déconcerte les bibliophiles.
Souvent au bord de la misère financière, il sera envoyé à Londres, New-York, Moscou, Berlin et reviendra avec des carnets de croquis qui figeront des personnages aux expressions témoignant des situations tragiques de l’époque.

André Warnod : Dessins de guerre

Par Jeanine Warnod, Éditions LIENART, 95 pages

ISBN 978-2-35906-113-0

Format : 13 x 20 cm

Poids : 205 g

Prix de vente : 15 €

Quittant son Alsace natale, la famille Warnod s’installe à Montmartre en 1894, André est alors âgé de 9 ans.
Il veut être peintre mais délaissant les écoles académiques, il optera pour la vie de bohême.
2 août 1914 : mobilisation générale. Pour André Warnod, Guillaume Apollinaire, Max Jacob, Pierre Mac Orlan, Roland Dorgelès et d’autres, commençait une brillante carrière d’artiste, interrompue par la guerre.
Berlin, le camp de Mersebourg…, Warnod ne cessera de dessiner, comme depuis son enfance. Prisonnier de guerre durant dix mois, ses croquis l’aideront à garder et à communiquer l’espoir.

Sans fioritures, emprunts d’émotions et de sensibilité, ces dessins seront les premiers témoignages de la vie dans les camps. nce.

Mac Orlan, l'aventurier immobile

Par Jean-Claude Lamy, photo de couverture par Varta, Ed. Albin Michel, 2002, 314 pages.

ISBN : 2-226-13556-1

Format : 24 x 15 cm

Poids : 510 g

Prix de vente : 22,30 €

  • Biographie de Pierre Mac Orlan par Jean-Claude Lamy journaliste et écrivain, qui a aussi publié des biographies de Françoise Sagan, Jacques Prévert et René Julliard.