Imprimer (nouvelle fenêtre)

Des fléaux à Chateaubleau ?

La commune de Chateaubleau, située entre Nangis et Provins, a acquis une renommée scientifique, grâce aux importants vestiges gallo-romains se situant sur son territoire. Des monuments majeurs tels que différents sanctuaires, des quartiers d'habitation et un théâtre ont été mis au jour depuis le début des fouilles dans les années 1960.

Quel rythme pour les fouilles ?

Le déroulement des fouilles sur le site de Chateaubleau

photographie couleur d'un chantier de fouilles archéologiques à Chateaubleau en Seine-et-Marne

Chantier de fouilles à Chateaubleau
Cliché Evelyne Baron


Le site de Châteaubleau fait l’objet de 3 campagnes de fouilles annuelles :
1 semaine en février, 1 semaine en avril, et le mois d'août.
Le site, découvert par l’instituteur Victor Burin, fête cette année ses 50 ans de fouilles. Les fouilles sont gérées aujourd’hui par l’association La Riobé.
Une équipe de géophysicien de La Rochelle vient par ailleurs chaque année sur le site.
La fouille du théâtre antique est presque terminée. Les Grands jardins sont en cours de fouille. Et les fouilleurs procèdent désormais par sondages..

Retour au menu

Plan du site archéologique

Un site structuré en quartiers

Photographie couleur du théâtre antique sur le site archéologique de Chateaubleau
Le théâtre antique

               - Cliché Evelyne Baron

Le site se compose d’un quartier nord, un quartier sud, un sanctuaire des sources au nord, un ensemble cultuel au sud, un théâtre antique, un ensemble cultuel central. Il date du Haut et Bas Empires (3ème – 4ème siècles).
C’est une agglomération sanctuaire ou un sanctuaire agglomération.


Retour au menu

Présence de l'eau

photographie couleur du sanctuaire des sources - site archéologique de Chateaubleau
Sanctuaire des sources

               - Cliché Evelyne Baron

La présence de l’eau est prééminente sur le site avec une nappe phréatique proche de la surface du sol. Cette abondance en eau est certainement l’une des raisons de la présence humaine depuis les temps reculés.

Retour au menu

Structure sociale du village

Un village autour d'un lieu de culte ?

photographie couleur de jardins dans l'enceinte du site

Grands jardins

- Cliché Evelyne Baron

La présence d’un pouvoir municipal y est probable. Quand on construisait un quartier, on en détruisait un autre. L’agglomération se répartit autour de la voie antique (aujourd’hui D 209) qui existe depuis la période gauloise. Il est possible qu’un sanctuaire gaulois ait préexisté au sanctuaire gallo-romain. Et l’église actuelle se trouve dans l’emprise du sanctuaire antique, indiquant une sorte de continuité d’occupation des espaces. Il serait intéressant de mener des fouilles médiévales. Des espaces de jardins existaient à l’arrière des maisons. La production de noisetier et de chêne est attestée. Retour au menu

Artisanat et agriculture

Photographie couleur du chantier de fouilles de Chateaubleau. Un atelier de potier.

Atelier de potier

- Cliché Evelyne Baron

A côté de cette activité de jardin vivrière, s’est développé de l’artisanat : des potiers (une production de poterie claire ou sombre). On retrouve aussi de la poterie importée (Bas-Empire) : sigillée d’Argonne et du Centre de la France. La présence de fosses fait présager soit une activité de tannage de cuir, soit de production et transformation par rouissage de chanvre. On a trouvé des meules manuelles domestiques mais aussi une meule de plus grande dimension qui était peut-être celle d’un moulin hydraulique.

Retour au menu

Diversification des activités

Photographie couleur du chantier de fouilles de Chateaubleau. Four à chaux

Four à chaux - Cliché Evelyne Baron


À Vieux-Champagne, la commune voisine, a été retrouvé un grenier à céréales comportant un système de vide sanitaire, pour la ventilation du grain. Ce grenier devient ensuite officine de faux-monnayage au 3ème siècle. Cette activité était tolérée à cette époque de crise économique, durant laquelle l’Etat ne parvenait pas à frapper suffisamment de monnaie. Châteaubleau comprenait un atelier de faux monnayage avec 3 officines.

Retour au menu

Actualité du site de Chateaubleau

De l'utilisation du fléau ?

Photographie couleur de l'attache d'un fléau des collections du Musée départemental de la Seine-et-Marne.

Attache de fléau

- Cliché Evelyne Baron

Aujourd’hui, Guillaume Huitorel, archéologue, travaille sur les moyens de production des villas gallo-romaines et est responsable de secteur sur les fouilles de Châteaubleau (les grands jardins, le théâtre).
Il souhaite réaliser une expérimentation de battage au fléau. En effet, des éléments métalliques pouvant faire penser à des douilles et/ou soies articulées de fléau ont été retrouvées sur le site. Cette partie articulée est en cuir sur les fléaux modernes, comme ceux conservés au musée de la Seine-et-Marne.
La première référence archéologique du battage au fléau date du 4ème siècle tandis que la première représentation du battage au fléau date du 9ème siècle. En France, les aires de battage sont situées en extérieur au sud de la Loire et le long de l’Atlantique jusqu’en Bretagne, tandis que dans la moitié nord, le battage est traditionnellement effectué en grange.
Qu’en est-il à cette époque gallo-romaine ? Les articulations retrouvées pourraient être des articulations de fléaux, instrument pour l’instant non attesté à cette époque reculée. L’expérimentation avec des fléaux reproduits avec le même type d’articulations métalliques, comparées avec l’utilisation de fléaux du musée de la Seine-et-Marne permettra de vérifier cette hypothèse. 

Retour au menu

Expérimentation de battage

Photographie couleur d'un fléau, outil servant au battage, des collections du Musée départemental de la Seine-et-Marne.

     Fléau - Cliché Evelyne Baron

Le musée a prêté des outils, fléaux et van, pour cette expérimentation qui s'est déroulé en août 2015 et a été reproduite au moment des journées du patrimoine en septembre 2015.
Une carpologue* a participé à l’expérimentation - elle a étudié les déchets issus du battage sur une aire de battage : le musée a prêté un van car les céréales devaient être nettoyées par vannage pour les besoins de l’expérience. Djamila Merabet, vidéaste du musée de la Seine-et-Marne a filmé cette expérimentation que nous vous proposons de voir en suivant ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=8B2JkSfk15s
Guillaume Huitorel a pu communiquer les résultats de l’expérience lors d’un colloque sur l’outillage antique qui s'est déroulé au mois d'octobre 2015

(*La carpologie est la discipline scientifique qui étudie les paléo-semences, carporestes (fruits) ou diaspores conservés et découverts en contexte archéologique. À l’intersection de l’archéologie, de la botanique, de l’ethnologie et des sciences agronomiques, la carpologie fait partie de l’archéobotanique.)

Retour au menu

Voir aussi

La page internet du site de Chateaubleau