Imprimer (nouvelle fenêtre)

Dans la peau d'une mariée

Vivez les différentes étapes de la vie d'une mariée, de la préparation à la cérémonie.

Qu'est-ce qu'une mariée ?

La robe fait-elle la mariée ?

Photographie d'un essaye de robe

Essayage d’une robe en 2005 -
Cliché MDSM

La recherche de la robe et les séances d'essayage permettent à la future épouse d’intérioriser progressivement son rôle et son identité de mariée.

Cette incorporation est mentale, physique et corporelle : elle s’opère par l'image que renvoie le miroir.
Elle est également sociale par la confrontation au regard des personnes présentes : la vendeuse et les proches qui confirment l’image produite.

L’incorporation passe aussi par le fait de bien se tenir dans un vêtement inhabituel et inconfortable, destiné à produire une représentation précise du corps : corset serré, traîne et jupons encombrants...

La jeune femme doit faire sienne cette tenue. Les effets de rideaux de la cabine, le dévoilement de la future mariée aux "spectatrices", l’attitude attentive de la vendeuse, théâtralisent l'essayage de la robe.

Retour au menu

Dans le corps d'une mariée

Photographie d'un essai de coiffure pour un mariage

Essai de coiffure pour un mariage en 2005 -
Cliché MDSM

Le mariage est l’occasion d’un travail de soins liés au corps : bronzage, épilation, manucure, régime amaigrissant.

Cette transformation intime, destinée à montrer un corps soigné et lisse, fait l’objet d’essais et de négociations avec les professionnels : esthéticien, coiffeur, maquilleur.

La mariée veut surprendre, rompre avec son apparence quotidienne, elle veut aussi se reconnaître et qu’on la reconnaisse, comme mariée et comme elle-même.

Retour au menu

Dans la peau d’une mariée

Photographie d'un habillage de mariée

Habillage d’une mariée en 2005 -
Cliché MDSM

C’est au moment où elle s’habille de sa robe que la mariée intègre complètement son rôle.

Elle devient LA mariée, physiquement et mentalement.
Elle est aidée par ce que représente le costume qu’elle endosse : corset, plusieurs épaisseurs de jupons et arceaux qui contraignent son corps.
Au fil de l’habillage, elle revêt son identité de mariée.

Tout se joue dans les nouvelles limites du corps imposées par ce costume. Le travail corporel et postural est alors très important.
Il en est de même pour toute la préparation/transformation corporelle qui accompagne l’habillage : coiffure, maquillage de mariage sont ainsi destinés au travail de l’apparence.

Retour au menu

T’es belle ma femme !

Photographie d'un lancer de bouquet

Un mariage à Doue en 2006 -
Cliché Evelyne Baron

Tenir secrète la robe au regard du marié et des invités symbolise la séparation des époux.

Celle-ci se résout avant le début de la cérémonie où chacun découvre la mariée dans sa robe : premier moment d’émotion de cette mise en scène d’un jour.

Cet interdit renvoie à la distribution des rôles entre hommes et femmes : ce sont surtout les femmes qui sont associées au choix de la robe et aux essayages.

Cette vision de la mariée telle qu’elle est dans sa robe réactualise pour les invités ce qu’ils avaient imaginé en recevant le faire-part, première représentation de ce mariage-là.

Retour au menu

Le plus beau jour de ma vie

Photographie d'une sortie d'église

Sortie d’église en 2006 - Cliché MDSM

Tout au long de la journée du mariage, la mariée dans sa robe est mise en scène au cours d’une succession de cérémonies officielles et de rituels populaires.

Cette journée est construite selon une dramaturgie, au fondement ancien et réactualisé, ponctuée de temps forts, et qui affirme le passage de l’état de jeune fille à l’état de femme mariée.
La mariée en est le centre et son émotion visible, le point d’orgue.

Cette émotion culmine à l’église si le choix de la cérémonie religieuse est fait : c’est le sommet de la tension émotionnelle qui explose ensuite dans la libération de la fête et s’achève par la présentation de la pièce montée et l’ouverture du bal, qui officialisent le nouveau couple.

Retour au menu